mar. Déc 11th, 2018

126 milliards de dollars sur 5 ans, budget du candidat Fayulu

Martin Fayulu, candidat commun à l’élection présidentielle, a présenté vendredi à Kinshasa son projet commun, à tous les candidats des plateformes Lamuka (MLC, Dynamique de l’opposition, Nouvel élan, Ensemble et Congo na biso).

126 milliards de dollars sur 5 ans.

Le candidat de Lamuka mettra l’homme congolais avec comme objectif la création de 20 millions d’emplois pendant son quinquennat.

Il envisage également d’investir dans la santé pour que le pays dispose d’hôpitaux dignes et d’une couverture médicale universelle.

Ce programme est chiffré à 126 milliards de dollars à mobiliser sur 5 ans.

Les premières mesures du « président Fayulu »

Dans le premier mois de sa présidence, Martin Fayulu cible 3 mesures décisives notamment le déménagement du camp Kokolo de Kinshasa à Beni avec, au sein des forces armées, la création d’une force spéciale d’intervention militaire d’élite.

Martin Fayulu annonce aussi, s’il est élu, qu’il va déployer, tout au long des frontières de l’Est, des unités de surveillance des frontières et d’alerte.

Les priorités nationales

L’Ituri, Beni et Butembo vont être déclarés ‘« territoires sinistrés » en situation d’extrême urgence nationale.

Il réquisitionnera tous les moyens de l’Etat et sollicitera les appuis les plus forts des partenaires internationaux pour engager une riposte de choc en vue d’éradiquer la maladie à virus Ebola.

Dès son entrée en fonction, Martin Fayulu ordonnera un programme de correction des contrats miniers et pétroliers avec comme objectifs, d’imposer le principe du privilège national en matière de sous-traitance minière et pétrolière et exigera l’implication des exploitants miniers dans la construction des infrastructures routières, ferroviaires, aéroportuaires et portuaires pour la bonne marche de leurs exploitations.

En présentant ce programme, Martin Fayulu a annoncé qu’il devait commencer sa campagne ce vendredi mais malheureusement, dit s’être vu interdire par l’Autorité de l’aviation civile, l’autorisation de survol de l’espace aérien de la RDC pour les avions affrétés par son équipe de campagne.