ven. Nov 16th, 2018

Monusco, « retrait graduel après les élections » (ONU)

« Une mission de maintien de la paix n’a pas vocation de rester éternellement dans un pays. Après les élections, il faut réfléchir à l’avenir de la Monusco dans une perspective de sortie graduelle », annonce sur TOP CONGO FM, le secrétaire général adjoint de l’ONU aux opérations de maintien de la paix.

Jean-Pierre Lacroix (photo) souhaite que « les autorités congolaises assurent graduellement un certain nombre de tâches auxquelles la Monusco contribue ».

Pour l’instant, estime-t-il, « ce n’est pas le moment de tout chambouler dans la configuration sur le terrain de la Monusco ».

Jean-Pierre Lacroix, qui se garde de dire combien de temps va durer « cette sortie graduelle » de la Monusco, estime qu’il « faut y réfléchir et arriver à un consensus entre les autorités congolaises et le Conseil de sécurité qui nous donne le mandat de maintien de la paix ».

Le gouvernement congolais demande depuis plusieurs années le retrait progressif des troupes de la Monusco, la plus grande mission des Nations-Unies au monde.

Dans une résolution du conseil de sécurité de l’ONU, ce dernier a prié  « le Secrétaire général de poursuivre ses efforts tendant à élaborer une stratégie de retrait échelonnée, progressive et exhaustive en collaboration avec le Gouvernement de la République démocratique du Congo, l’équipe de pays des Nations Unies et les autres parties prenantes concernées, de manière à favoriser la prise en main par le pays et à transférer progressivement les tâches aux fins d’un retrait ordonné de la MONUSCO, et de réévaluer en permanence les constatations du Secrétaire général relatives aux ajustements à apporter après la tenue des élections ainsi que les progrès durables vers la réduction de la menace posée par les groupes armés ».