ven. Nov 16th, 2018

La machine à voter est le levier de l’opacité des résultats (Me Diakese)

« La machine à voter n’offre aucune garantie. En l’état, elle est vulnérable à toute manipulation extérieure. De l’avis même des experts britanniques que la CENI a fait venir pour l’étudier », rappelle le porte-parole du Mouvement citoyen Les Congolais debouts.

Me Hervé Diakese (photo) qui se dit convaincu qu’avec la machine à voter, « le résultat ne sera pas le reflet du vote ».

Invité de la Rédaction de TOP CONGO FM, il estime que la machine à voter « est le levier par lequel passera l’opacité des résultats ».

Élections le 23 décembre 2018

« Nous voulons des élections libres, pas d’une parodie d’élections pouvant ouvrir la voie à la contestation. Nous voulons quelque chose qui va mettre fin à la crise de légitimité. Il n’est pas question de ce que la CENI veut, mais de ce que prévoit la loi. Dans une démocratie, la primauté reste à la loi ».

Malgré le rejet de cet outil, Me Hervé Diakese dit « Oui à des élections libres, démocratiques, transparentes et crédibles exactement comme prévues par la Constitution. Et tout ça, le 23 décembre prochain », sans toutefois dire comment cela est possible pour les trois scrutins prévus de se tenir le même jour.

A la CENI tient à sa machine, Me Hervé Diakese prévient que « le peuple doit se déterminer s’il a droit ou non à de bonnes élections » et que pour ce faire, les congolais denouts, mouvenmlét citoyen initié par Sindika Dokolo va « mobiliser jusqu’au bout pour dire que cet outil est un problème ».

L’harmonisation du CLC

Alors que le CLC, instigateur du front contre la machine appelle à l’harmonisation entre politiques et société civile, Me Hervé Diakiese déclare ne pas voir possible « consensus sur la tricherie ».

Et se dit inquiet « de la situation des membres de notre mouvement en détention secrète dans les cachots de l’ANR, en face de la primature depuis le 11 septembre. Ils n’ont pas accès à leurs avocats, ni aux membres de leurs familles. Nous ne savons pas ce qu’on leur reproche. Ils ont été arrêtés parce qu’ils sensibilisaient contre la machine à voter ».