ven. Nov 16th, 2018

Les exigences à la CENI d’Alain-Daniel Shekomba

Alors qu’il semblait favorable à l’utilisation de la machine à voter, Alain-Daniel Shekomba (photo), candidat à l’élection présidentielle souhaite, face aux critiques qu’elle suscite,  qu’elle soit disséquée.

« Nous voulons aujourd’hui ouvrir le capot de la machine à voter pour connaître quelle est la programmation de l’application de vote afin de savoir s’il y a des scripts malicieux qui peuvent être utilisés pour la tricherie », annonce Alain-Daniel Shekomba.

Invité du magazine FACE-À-FACE sur TOP CONGO FM, il annoncé apporter, pour ce faire, son « expertise en tant que professionnel dans le domaine de l’informatique et de la télécommunication ».

La lettre à la CENI du candidat

Dans une correspondance à la Commission Électorale Nationale Indépendante, il dit vouloir démontrer « que la machine à voter est bonne ou mauvaise”.

Sa démarche vise à « vérifier les fonctionnalités qui sont dans le cahier des charges avec les fonctionnalités de la machine à voter. Et regarder le code source pour voir si chaque machine est programmée pour s’arrêter à 660 impressions. Ainsi que voir si après le temps de vote, la machine peut continuer à imprimer ou pas ».

Favorable à « la dématérialisation du système de vote » (vote électronique, Alain-Daniel Shekomba estime que la machine à voter, « au système hybride » n’est pas adaptée à la réalité de la RDC.

Machine à voter, simple imprimante?

Après que le président de la CENI lui ait dit que « ce n’était qu’une simple imprimante…, j’ai découvert qu’il y avait possibilité d’avoir des scripts automatisés ».

Parce que, selon Alain-Daniel Shekomba, « nous avons un système qui n’a jamais été utilisé », son métier de développeur d’application, le pousse à conseiller à la CENI, « quand on développe une application » de l’utiliser « d’abord en temps réel pour savoir s’il y a des dysfonctionnements. Le système que la CENI propose n’a jamais été utilisé en temps réel. Il y aura des problèmes », prévient-il.

Après avoir proposé, sans succès, à la CENI « d’organiser un débat public radiotélévisé, j’ai envoyé la lettre à la CENI pour que nous ayons un débat technique ».

UDPS, démarche incongrue

Alors que l’UDPS affiche désormais sa disponibilité à aller aux élections « avec ou sans la machine à voter », Alain-Daniel Shekomba relève incongruités dans la démarche de l’UDPS.

« Vous avez toujours rejeté quelque chose et alors que dans le temps, rien n’a changé, vous dites aujourd’hui oui. C’est comme si vous ne saviez pas pourquoi vous étiez en train de dire non ».

Alain-Daniel Shekomba qui demande à l’UDPS de « nous montrer ce qui a changé dans la machine à voter pour qu’ils l’acceptent » aujourd’hui.