mar. Déc 11th, 2018

« Pour organiser les élections, il faut un minimum de consensus » (MLC)

« La position du MLC exprimée par son président Jean-Pierre Bemba est claire, nous rejetons la machine à voter et le fichier électoral corrompu, mais nous réitérons notre engagement à participer aux élections » et, pour y arriver, « nous allons organiser la marche ce vendredi pour exprimer notre rejet à la machine voter et demander son retrait ».

Invité du magazine Le Débat sur TOP CONGO FM, Fidèle Babala rappelle que « pour organiser les élections, il faut un minimum de consensus », à l’opposé de l’UDPS, le MLC déclare tout faire « pour que la machine à voter soit écartée et que le fichier électoral soit purgé ».

Sur TOP CONGO FM, la secrétaire générale du MLC Eve bateau avait déclaré, bien avant l’UDPS, qu’avec ou sans les machines à voter, son parti irait aux élections.

https://youtu.be/tueb3-8uzVQ

Confiance au délégué MLC à la CENI

Si l’UDPS « ne s’entend pas avec son délégué à la CENI, ce n’est pas notre problème. La loi organique de la CENI précise que ces délégués sont indépendants », rappelle Fidèle Babala, faisant référence au fait que l’UDPS veut changer son représentant à la CRNI.

Le MLC a récemment réussi à changer le sien, « pour régler un problème interne au MLC », déclare le secrétaire général adjoint du parti de Jean-Pierre Bemba.

Candidat commun à Kinshasa, pas en RSA 

Alors que débute aujourd’hui en Afrique du Sud la réunion de l’Opposition pour désigner un candidat commun et élaborer un programme commun, Fidèle Babala apporte la précision suivante, « on ne désignera pas un candidat commun en Afrique du Sud. On le désignera au Congo. Et le candidat commun ne veut pas dire unanimité ».

La nom du candidat commun sera, selon lui, « désigné dans les jours prochains. Nous allons continuer à chercher le consensus ».