mer. Nov 14th, 2018

L’ultimatum du CLC à Kabila, à la CENI et au gouvernement

Le Comité laïc de coordination  (CLC) « attend du président Kabila de lever l’équivoque sur son probable 3ème mandat et de donner la preuve qu’il est vraiment le garant du bon fonctionnement des institutions et de la stabilité dans le pays et dans la région », annonce cette structure de l’église catholique dans un document intitulé, l’heure de la vérité à sonné.

Le CLC demande au « gouvernement de présenter un plan de décaissement pour rassurer de financement des élections, de résoudre toutes les questions liées à la liste des partis et regroupements politiques en se basant sur les recommandations pertinentes de l’accord de la Saint-Sylvestre ».

Dans ce document signé par Jonas Tshombela, Isidore Ndaywel (photo), Justin Okana, Flanklin Mbokolo, Gertrude Ekombe et Julien Lukengu, le CLC exhorte également le gouvernement à « appliquer toutes les mesures de décrispation édictées par l’Accord, notamment la libération des prisonniers politiques le retour des personnalité forcées à l’exil, l’abandon des poursuites judiciaires fantaisistes contre les opposants politique et les acteurs de société civile, l’ouverture totale des l’espace médiatique et politique au bénéfice de tous ».

Quant à la CENI, le CLC lui recommande « d’appliquer les recommandations de l’audit de l’OIF, d’abandonner les projets d’utilisation des la machine à voter pour les scrutins du 23 décembre, de rendre publique l’exécution transparente de son budget et de faire preuve d’impartialité dans les traitements des dossiers électoraux ».

Importante déclaration à venir  

« À défaut pour ces institutions d’atteindre ces objectifs, chacune devra en tirer toutes les conséquences qui s’imposent et le CLC assumera ses responsabilités », prévient le comité dans le document.

« Au-delà du 30 juin, le peuple congolais toujours vigilant et mobilisé sera dans l’obligation de se prendre courageusement durablement en charge sur toute l’étendue de la République ».

Le CLC annonce aussi qu’il fera une importante déclaration au lendemain du 30 juin.