mer. Nov 14th, 2018

« Complot à ciel ouvert » en France, la RDC pas « intimidée » (Mende)

« Les connivences, les combinaisons et les tentatives de dépossession des Congolais au profit des groupes d’intérêts extérieurs dans le but de promouvoir des besoins stratégiques de groupes d’influence en intelligence avec des prédateurs notoires dont certains ont par ailleurs déchiré, de manière ostentatoire et sans sourciller, le brevet de la démocratie dans leurs propres pays, ne sauraient en aucune manière nous intimider ou avoir raison de notre détermination à poursuivre le combat engagé par notre peuple pour prémunir notre pays contre leurs appétits voraces », a déclaré ce lundi, Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement, en conférence de presse à Kinshasa.

Une sortie médiatique intervenue après que le président Français Emmanuel Macron ait reçu à l’Elysée Paul Kagame le 23 mai dernier.

Lambert Mende estime que « lors du point de presse ayant sanctionné la visite effectuée dans son pays par le président du Rwanda, par ailleurs président en exercice de l’Union Africaine », Emmanuel Macron a tenu « des propos subliminaux et pleins d’ambiguïté ».

Le porte-parole du gouvernement congolais avertit « qu’aucun État n’a le droit de s’arroger unilatéralement ou via des arrangements ou des alliances particulières, une responsabilité sur le destin d’un autre État ».

Complot à ciel ouvert 

« Les messes basses et les complots à ciel ouvert contre la souveraineté de notre pays tout comme la propagande des marchands d’illusions… devraient interpeller la conscience de tout Congolais digne de ce nom… afin de définir ensemble les stratégies destinées à contrer tous les charognards qui prétendent s’épancher sur le chevet de notre pays dont ils veulent faire un patient endémique en attendant sa mort programmée pour remplir les assiettes de leur festin », dit encore le ministre de la communication et des medias.

Alors qu’il se raconte que la France mijote « de déstabiliser » la RDC à travers ses voisins, « nous disons qu’il n’y a rien de nouveau dans ce jeu malsain qu’on tente de leur faire jouer ».

Lambert Mende previent que « les pays africains qui se hasarderont à servir de tête de pont ou de sous-traitants à des stratégies extérieures hostiles à la RDC élaborées ailleurs, seront toujours payés en monnaie de singe, en plus de la résistance farouche du peuple congolais à laquelle ils devront s’attendre ».

Lambert Mende rappelle aussi que « l’Union africaine et la CIRGL sont les seuls cadres de concertation et d’élaboration des politiques communes aux États Membres ».

Le ministre reste convaincu qu’il « ne serait pas de bonne politique de s’en servir comme instruments à la disposition des intérêts particuliers de ceux que nous, États Membres, désignons pour coordonner le temps d’un mandat, nos actions au nom et pour le compte de tous ».