mar. Oct 23rd, 2018

Moise Katumbi peut encore être candidat à la presidentielle

À la seule condition, s’il détient une nationalité étrangère, comme le laissent penser les documents dévoilés dans la presse, qu’il réintègre la communauté congolaise.

Car, « même si cela n’a été qu’un court instant, avoir détenu une autre nationalité lui fait perdre la congolaise et rend impossible toute candidature », précise à TOP CONGO FM, le professeur Bob Kabamba, de l’université de Liège (Belgique), co-rédacteur de la Constitution.

Ses partisans et adversaires auront beau faire montre d’ingéniosité, s’il a contracté en 2000 la nationalité italienne, aucun acte ne démontre à ce jour qu’il a recouvré la congolaise qu’il aurait perdu automatiquement.

Gouverneur du Katanga italien

Élu et réélu, il aurait été italien pendant toute la période.

« Tant qu’un délit n’est pas mis au jour, il reste un délit et doit être considéré comme tel quand il est découvert ».

Ses soutiens feraient mieux, s’il est encore temps, de lui conseiller de profiter du moratoire évoqué par la première législature de l’assemblée nationale (2007-2012) et de réintégrer la communauté congolaise.

Une simple déclaration suffit

Car, détenteur de la nationalité d’origine du fait de ses origines, comme l’attestent même les chefs coutumiers, Moise Katumbi « appartient aux groupes ethniques et nationalités dont les personnes et le territoire constituaient ce qui est devenu le Congo » (Article 6).

Selon l’Article 32 du code de la nationalité, « tout congolais d’origine, qui a perdu sa nationalité, peut la recouvrer par déclaration…, doit avoir conservé ou acquis avec la RDC des liens manifestes, notamment d’ordre culturel, professionnel, économique, sentimental ou familial ».

Il redeviendrait congolais le jour de l’enregistrement de la déclaration auprès du ministre de la justice.

Reconnaître avoir menti

Cette déclaration impliquera automatiquement aveu de dissimulation de faits majeurs.

Car l’ancien gouverneur qui, en septembre 2015, déclarait démissionner parce que le président Kabila ne voulait pas respecter la constitution sur le nombre de mandats (Article 220) aura lui-même violé la constitution, 8 ans durant, en exerçant une fonction réservée aux congolais.

Car « la nationalité congolaise est une et exclusive. Elle ne peut être détenue concurremment avec aucune autre », selon l’article 10 de la constitution.

1 thought on “Moise Katumbi peut encore être candidat à la presidentielle

  1. Fameux ce « professeur » !
    Il existe un « MORATOIRE » sur les nationalités que continuent de detenir les congolais qui sont dans les institutions de la RDC.
    Ce fameux professeur devait commencer par citer ce MORATOIRE qui curieusement continue á s´appliquer au Congo.
    Ce MORATOIRE qui est une injustice « légale » car ne beneficiant qu´exclusivement á ceux qui ont des activités politiques, refuse ce DROIT de posseder plusieures nationalités á TOUS les congolais de la diaspora.
    Katumbi élu parlementaire en 2006, devrait en principe beneficier de ce MORATOIRE comme tous ceux qui sont en fonction ou ont quittés les institutions.
    Mieux? Katumbi n´avait pas besoin de « mentir »..car les autres n´ont pas besoin de « mentir » quand ce MORATOIRE leur accorde légalement le droit de continuer á posseder plusieures nationalités.
    Fameux ce professeur qui devrait aborder la question de la nationalité que certaines personnes qui dirigent la RDC possedaient avant de devenir des « congolais »..

Laisser un commentaire