mer. Nov 14th, 2018

« Nous n’avons pas encore été notifiés des mandats d’arrêt contre le CLC » (Avocat)

L’avocat du Comité laïc de coordination (CLC), structure catholique à l’origine de la marche du 31 décembre 2017 « pour libérer l’avenir du Congo », son avocat, déclare sur TOP CONGO FM ne pas être en mesure de « confirmer ou d’infirmer » si mandat d’arrêt a été délivré contre ses clients.

Il reconnaît toutefois être informé « qu’il y aurait des mandats, mais je n’ai pas encore vu physiquement le mandat ».

Après avoir invité plusieurs fois, sans réponse, les organisateurs de la marche a répondre à des questions « qui leur seraient communiquées sur place », le procureur du tribunal de grande instance de la Gombe à délivré un mandat d’amener, a dit à TOP CONGO FM, un membre du parquet.

« C’est le procedure normale dans ce genre de situations, l’invitation ne vise, pour le parquet, qu’à entendre celui pour qui des faits pourraient être retenus sans que sa ne signifie qu’il sera mis en état d’arrestation », précise la même source.

« Le gouvernement avait demandé à la justice de prendre des dispositions » suite à la marche des laïcs et donc, « inévitablement, il y aura un mandat », reconnaît d’ailleurs Maître Kambale.

Qui précise que , « pour l’instant, ses clients ont le moral parce qu’ils se reprochent rien ».

Mais l’avocat dénonce « des menaces faites sur eux, notamment des appels anonymes et des visites insolites ».

Et affirme attendre ce mandat pour « savoir comment nous comporter ».

Les responsables du comité se cacheraient actuellement dans Kinshasa et seraient sous la protection discrète de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco), indiquent plusieurs sources citées par Belga, l’agence de presse officielle belge.

Laisser un commentaire