mar. Oct 23rd, 2018

12 à 18 mois pour organiser les élections (Fayulu)

Pour éviter la crise au 31 décembre, le leader de l’ECIDE propose « la seule solution de la mise en place d’une transition de 12 a 18 mois. Sans Mr Kabila ».

A la condition très fort probable de la non organisation à la fin de cette année des élections, « si la situation de la RDC reste en l’état (Joseph Kabila toujours président), le pays sera exposé à un chaos indescriptible », estime Martin Fayulu (photo).

Dans son discours de clôture du conseil de son parti, le président de l’ECIDE estime que, « pour l’éviter, seule la solution de la mise en place d’une Transition de 12 à 18 mois, sans Mr. Kabila, est la plus viable ».

Organisation de la transition.

Elle « sera animée par des hommes et des femmes ayant une expérience avérée, intègres et crédibles, disponibles et qui ne participeront pas aux élections à venir », prévoit l’ECIDE qui, « outre les missions classiques de tout gouvernement, travaillera prioritairement au retour à l’ordre constitutionnel par l’organisation des élections présidentielles, législatives nationales et provinciales crédibles dans le délai ».

La CENI sera changée et il sera procédé à l’audit du fichier électoral.

« Ce n’est qu’à ce prix », déclare Martin Fayulu « que nous pourrions éviter le chaos qui se dessine en RDC, car le peuple qui a unanimement adhéré à l’Accord de la St Sylvestre n’en veut pas de sa prolongation et surtout ne veut plus de Mr. Kabila, devenu expert en stratégie de gagner du temps pour fatiguer le peuple congolais ».

2 thoughts on “12 à 18 mois pour organiser les élections (Fayulu)

  1. 12 MOIS ?

    Avec un fichier électoral de plus de 40 millions d´électeurs…faut-il 12 mois (encore) avant de faire voter les congolais?
    Sans Kabila, les choses devraient aller plus vite.. car il s´agit avant tout de liberer l´espace politique et d´obtenir le back up de l´UE et tous les pays capables non seulement de financer les élections, mais surtout la « stabilisation » de la RDC pour plus au moins 5 ans.
    Fayulu et les autres devraient proposer quelque chose de plus crédible où on peut lire une intention de rendre la parole aux électeurs congolais le plus vite que possible.

  2. Qui pourrait convaincre ce membre de la fraction extrémiste du Rassemblement, que ni lui, ni le fils d’Etienne Tshisekedi ne sont les seuls propriétaires de la Rdc. Après avoir réussi à imposer au peuple congolais, la violation de son droit constitutionnel au référendum, les voici à nouveau entrain de vouloir imposer « une transition sans Kabila » qui est une imagination qui ne cadre avec aucun article de la Constitution de la IIIème République. Pourtant leur allié et financier de leur aile du Rassemblement, à savoir Moïse KATUMBI, est en désaccord avec ces extrêmistes qui ne rêvent de reconduire les acteurs (Monsengwo en tête) et les fils spirituels deux ceux qui avaient prolongé la dictature du Feu président Mobutu, par la foire politicienne née de la Conférence Nationale Souveraine. L’échec cuisant de leur appel à la manifestation d’hier (19/12/2017), confirme le rejet par l’immense majorité de la population congolaise à contribuer à leurs élucubrations politiciennes pour des objectifs égocentriques. La population congolaise, veut choisir ses prochains dirigeants à tous les niveaux (national, provincial, local) à travers des élections transparentes dans un climat apaisé. C’est à cela que s’attèle le Premier ministre Bruno Tshibala (UDPS et membre du Rassemblement) et le CNSA sous la direction de Olenga Nkoy (aussi membre du Rassemblement).
    Toutes nos félicitations au gouvernement de large union nationale et à la CENI.
    Patriotiquement
    Pour la Nouvelle Génération Citoyenne pour la Rdc

Laisser un commentaire