mer. Nov 14th, 2018

Kinshasa qualifie les accusations de HRW de fantaisistes

Le ministre de La Défense nationale qualifie les accusations de Human Rights Watch « d’allégations grossières de nature à discréditer gratuitement notre armée ». 

Dans une correspondance à Ida Sawyer, chercheuse senior et directrice Afrique centrale à HRW, Crispin Atama Thabe (photo) l’invite « à se référer à la Monusco avec laquelle nous avons effectué en vain plusieurs missions en Ouganda tout comme au Rwanda, pour tenter de convaincre ces rebelles à regagner le pays car ils sont amnistiés ». 

Et lui rappelle et l’interroge sur « leur dernière tentative d’entrer militairement par le Nord-Kivu en provenance de l’Ouganda ».

Dans un rapport publié ce lundi, HRW accuse la RDC d’avoir utilisé 200 miliciens M23.

« Avant les manifestations de décembre, et alors que la pression nationale et internationale grandissait, des officiers supérieurs des forces de sécurité congolaises avaient mobilisé au moins 200 anciens combattants rebelles du M23, et probablement bien plus, depuis l’Ouganda et le Rwanda voisins afin de protéger Kabila et d’aider à étouffer les manifestations anti-Kabila », dénonce HRW.

1 thought on “Kinshasa qualifie les accusations de HRW de fantaisistes

  1. ¤ ABSENCE DE « FANTAISIE » ?

    Le gouvernement de la RDC a du mal sans doute á expliquer pourquoi il n´existe aucune plainte internationale contre le M23? Pourquoi on ne trouve aucun leader militaire ou politique du M23 en prison au Congo ou devant la CPI ? Si le M23 ne beneficie pas d´un « deal », la RDC aurait tout fait pour faire juger cette organisation dont la liste des crimes de guerre est disponible. Pas suprenant d´apprendre que le M23 a repris son service, exactement comme le leader katangais Gedeon Kyungu.

Laisser un commentaire