Warning: getimagesize(): http:// wrapper is disabled in the server configuration by allow_url_fopen=0 in /htdocs/plugins/content/social2s/social2s.php on line 1644

Warning: getimagesize(http://mobile.topcongo.fm/resources/articles/images/v2153.jpg): failed to open stream: no suitable wrapper could be found in /htdocs/plugins/content/social2s/social2s.php on line 1644

"Je suis prêt à servir mon pays" (Freddy Matungulu)

Écrit par Rédaction en ligne. Publié dans Politique

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s

La désignation du premier ministre est "avant tout une action fondamentalement et foncièrement politique" mais cet ancien haut fonctionnaire du FMI a dit à TOP CONGO FM être "prêt à servir la RDC à tous les niveaux".

"Je suis à la disposition de notre pays et je pense, en termes d'expérience, avoir suffisamment d'arguments à faire valoir à tous les niveaux, ministériel, à la Primature et à la Presidence de la république".

Le compromis issu de la CENCO prévoit que le futur premier ministre sera issu du Rassemblement.

Déjà ministre des finances en 2001, Freddy Matungulu (photo) fait partie  (avec Dely Sessanga, Martin Fayulu, Gilbert Kiakwama et Olivier Kamitatu) des potentiels premier ministre du gouvernement à venir.

Estimant que "le premier ministre viendra du rassemblement mais il sera le premier ministre de la république", le president du parti Congo na biso pense qu'il aura deux grandes priorités :

1- "D'abord les élections" 

Selon Freddy Matungulu, "les priorités du gouvernement dans le contexte de la RDC sont d'amener la population à l'élection présidentielle en particulier et aux élections législatives nationales pour que le leadership soit renouvelé et ainsi résoudre le problème de la légitimité particulièrement en ce qui concerne le président de la république".


2- "Gestion responsable de l'économie"

"Que le gouvernement soit en mesure de gérer l'économie de façon à contrôler ce qui s'annonce comme ce qui s'annonce comme une crise majeure liée à un contexte économique international qui risque d'être très difficile. Il y a aussi nécessité d'améliorer la gouvernance nationale".

SPECIALE CAN 2017