Su servidor no soporta flash players o javascripts, use por favor cualquiera de los siguientes links

Le direct Pop Up

Top Congo online

Une Opposition unie et recomposée reçue par Nikki Haley

« Chez Nikki Halley, nous avons défendu notre point de vue », a dit à TOP CONGO FM, Ève Bazaïba, por…

Read more

Une Opposition unie et recomposée reçue par Nikki Haley

Écrit par Rédaction en ligne. Publié dans Actualité

« Chez Nikki Halley, nous avons défendu notre point de vue », a dit à TOP CONGO FM, Ève Bazaïba, porte-parole occasionnelle de l’opposition représentée par Felix Tshisekedi et Pierre Lumbi (Rassemblement), Ève Bazaiba (MLC) et Vital Kamerhe (UNC)

 

« Nous avons réfléchi ensemble. Nous avons défendu le même point de vue par rapport à la sortie de la crise dans notre pays parce que nous savons définir cette crise », a déclaré Eve Bazaïba, au sortir de la rencontre avec l’ambassadrice des États-Unis à l’ONU, Nikki Halley. 

 

« Je pense qu’à partir d'aujourd'hui le peuple dans son ensemble peut encore nous redonner confiance pour que nous puissions trouver des solutions ».

 

Alors que Nikki Halley a souhaité voir les élections organisées en 2018, Eve Bazaïba rappelle que « nous avons une Constitution. Nous avons signé un accord qui a prévu les élections au plus tard le 31 décembre 2017 ».

 

La délégation de l’Opposition a déposé un mémo signé par ses principaux leaders dont Vital Kamerhe, dont le parti UNC participait encore officiellement au gouvernement en début de semaine.

 

 

Barick Bwematelwa

L’accord doit être appliqué, le message de la CENCO à Nikki Haley

Écrit par Rédaction en ligne. Publié dans Actualité


« Les évêques insistent sur l’application de l’accord signé le 31 décembre 2016 », a dit à TOP CONGO FM, l’abbé Jean-Marie Bomengola.

Nikki Haley s’est rendue à la CENCO pour « s’enquérir de la situation dans notre pays, notamment la suite de l’accord qui a été signé », précise le chargé de communication de la Cenco.

« Les évêques ont réitéré leur préoccupation de voir cet accord appliqué. Quand les éveques insistent sur l’application de l’accord, c’est que quelque part il y a un problème ».

 

Barick Bwematelwa

Les élections doivent avoir lieu en 2018 (Nikki Halley)

Écrit par Rédaction en ligne. Publié dans Actualité



« Les élections doivent être organisées en 2016 sinon la république démocratique du Congo ne doit pas compter sur le soutien des États-Unis et de la communauté internationale » a dit au sortir de sa rencontre avec la commission électorale nationale indépendante, l’ambassadrice Nicky Halley (photo).

À la CENI qui évoque un délai de 504 jours pour organiser ces élections, soit un scrutin à organiser à la mi-2019, l’ambassadrice américaine a déclaré que « les élections sont possibles si toutes les parties s’impliquent, la CENCO notamment, toutes les parties prenantes doivent mettre la main à la pâte ».

Nikki Haley prévient, « nous n’allons pas appuyer un calendrier qui ne montre pas clairement que les élections seront tenues en 2018 ».

 

La classe politique, MP, Rassemblement et MLC chez Nikki Halley

Écrit par Rédaction en ligne. Publié dans Actualité

« Si le programme officiel américain ne prévoit que des rencontres avec la CENI, la CENCO, la MONUSCO et le président Joseph Kabila, l’ambassadeur des États-Unis aux nations unies rencontrera ce vendredi à Kinshasa des personnalités de l’opposition », disait à TOP CONGO FM, un cadre du Rassemblement.

 

 

Le choix américain

Renseignement pris « à bonne source », seuls Felix Tshisekedi, le président du Rassemblement et Pierre Lumbi, son président du conseil des sages, aile opposition, mais aussi Ève Bazaiba, la secrétaire générale du MLC sont les personnalités choisies par la délégation américaine.

 

« Probablement pour leur opposition farouche au président Kabila », nous dit-on, « l’ambassadrice américaine aimerait entendre le son de cloche des radicaux ».

 

La MP aussi sera reçue « son secrétaire général de fait être accompagné des leaders des PPRD, PALU et ADFC ».

 

Venue pour « comprendre et non pas pour donner des leçons », annonçait sur son compte Twitter, le ministère congolais des affaires étrangères, à l’issue d’une rencontre a New-York (photo) entre le ministre Leonard She Okitundu.

https://mobile.twitter.com/diplomatierdc/status/918619953452011520

 

L’ambassadrice Nikki Halley devrait ensuite rendre compte au président Donald Trump de sa mission, sur la MONUSCO, dont les USA sont le principal contributeur financier et sur la situation politique en RDC.

 

Lire aussi, http://mobile.topcongo.fm/article/nikki-halley-a-kinshasa-nous-ne-nous-sentons-pas-menaces-kikaya-2704

Nikki Halley à Kinshasa, « nous ne nous sentons pas menacés » (Kikaya)

Écrit par Rédaction en ligne. Publié dans Actualité

L'Ambassadrice des États-Unis à l'ONU, Nikki Halley (photo) est arrivée mercredi en RDC. 

Apres Goma (Nord-Kivu), elle devrait rencontrer ce vendredi à Kinshasa, la CENCO, la CENI, la Monusco et le président Kabila.

Contrairement à ce qui raconte, « il n'est pas question que nous nous sentions menacés », affirme, à TOP CONGO FM, Barnabé Kikaya Bin Karubi, le chef du collège diplomatique du Chef de l'État. 

Par contre, « nous l'avons accueillie avec beaucoup de joie. A chaque fois que nous avons l'occasion de parler avec des partenaires,  c'est une bonne chose ».

Barnabé Kikaya Bin Karubi rappelle que « la plupart du temps, nos partenaires se basent sur le rapport des ONG ou ce qui se raconte dans les réseaux sociaux, pour nous juger ».

Maintenant que Nikki Halley « vient à la source, elle va voir de ses propres yeux où en est la RDC ».


Appel à de nouvelles sanctions.

A l'Opposition, Christophe Lutundula, cadre du Rassemblement estime que la mission de Nikki Halley ne sera une réussite que si elle parvient à « amener le président Kabila à respecter la Constitution de la République et à libérer la mise en oeuvre de l'accord dans son esprit et dans sa lettre pour permettre aux congolais d'aller très rapidement aux élections ».

Mais, souligne-t-il, « il faut cesser de croire que quand on a la visite des personnalités internationales que ça va résoudre le problème ».

Jeudi, à Goma, le coordonnateur du Rassemblement au Nord-Kivu a déclaré vouloir demander à l’ambassadrice américaine « et à travers elle à tout le conseil de sécurité des Nations unies, qu’au 31 décembre, monsieur Kabila ne soit plus reconnu pour représenter la RDC ».

Jean Baptiste Kasekwa, qui souhaite une pression accrue « sur le pouvoir de Monsieur Kabila », espère également que « quelques sanctions ciblées soient déjà prises contre Kabila lui-même, (et) contre tout son entourage ».

 
Nikki Halley est a Kinshasa, « principalement pour faire une évaluation sur la Monusco », a dit a TOP CONG FM, un membre du corps diplomatique. 
 
Après avoir réduit leur budget à l’USAID, agence américaine de coopération internationale, le nouveau président des USA, principal contributeur au budget de la mission onusienne, voudrait diminuer la contribution de son pays « à la mission de l’onu la plus chère et la plus longue sans résultats probants ».


Barick Bwematelwa

Face à Face Vidéo

Twitter Christian Lusakueno

FACE À FACE VIDEO

Top Presse